ESTF
ESTF
SERVICES DE TRADUCTION PROFESSIONNELS
CONTACT
Téléphone:
+33 (0)1 70 06 04 19

Fax:
+33 (0)1 70 24 80 10

E-mail:
ESTF - E-mail
NEWS

DEMANDER UN DEVIS
N'hésitez pas à nous demander un devis de traduction sans aucun engagement de votre part.

Rapide, gratuit et sans aucun engagement


RAPPEL GRATUIT
Vous désirez obtenir des informations complémentaires sur les services d'Euroservices Traductions?

Nous vous appelons gratuitement


Traduction Tchèque

Czech Flag
 

Le tchèque fait partie des langues slaves occidentales, avec le kachoube, le polonais, le slovaque et le sorabe, branche de la famille des langues indo-européennes. Elle est principalement parlée en République tchèque, ce qui représente environ onze millions de locuteurs.

 

Le tchèque est très proche du slovaque et, à un moindre degré, du polonais. La plupart des adultes tchèques et slovaques sont capables de se comprendre mutuellement sans difficulté. Ils ont été en contact permanent avec les deux langues par l'intermédiaire de la radio et de la télévision nationales. Chacune était bilingue jusqu'à la partition de la Tchécoslovaquie en 1er janvier 1993. Les écoles également proposaient aux enfants des contes dans la seconde langue pour les familiariser. Aujourd'hui, les plus jeunes qui n'ont pas connu l'époque de la Tchécoslovaquie, peuvent éprouver des difficultés de compréhension, lors de l'emploi de certains mots très différents, ou d'une expression orale trop rapide. Cependant, le tchèque se peut encore employer dans la communication officielle devant les autorités slovaques.

 

En raison de sa complexité, le tchèque est considéré comme difficile à apprendre. Cette complexité provient principalement d'une grande variété dans la morphologie et dans la syntaxe. Comme dans toutes les langues slaves (à l'exception du bulgare moderne et du macédonien moderne), les mots (les noms, pronoms, et adjectifs) se déclinent selon leur rôle dans la phrase. Sous cet aspect, la grammaire du tchèque et des langues slaves est plus proche des origines indo-européennes que les autres langues indo-européennes, dans lesquelles les déclinaisons se sont appauvries (comme en allemand), ou même ont pratiquement disparu.